Exposition « Kouskovo au temps des Chérémétiev »

13 juillet 2017  > 25 septembre 2017 Exposition

Dans l’orangerie du château de Champs-sur-Marne découvrez une exposition de reproductions de gravures du XVIIIe siècle représentant le château et les « folies » architecturales qui composent le domaine de Kouskovo.

© Château de Kouskovo

En effet, dans le cadre de l’année franco-russe du tourisme culturel initiée en 2016, le Centre des monuments nationaux a signé un accord de jumelage entre quatre monuments français et quatre monuments russes parmi lesquels le château de Champs-sur-Marne et le château de Kouskovo (en russe : Kyckobo). Construits au XVIIIe siècle, ces monuments ayant accueilli d’illustres personnalités s’inscrivent tous deux au cœur d’un grand parc aménagé à la française, à seulement quelques kilomètres de la capitale de leurs pays respectifs (Paris et Moscou). 

Ces gravures à l’eau-forte de Pierre-François LAURENT (1739-1809) représentent les divers bâtiments constituant le domaine de Kouskovo. Elles ont été gravées à Paris entre 1771 et 1774 à partir de dessins et tableaux conservés à Kouskovo et réalisés par des artistes russes inconnus sous la direction de Michael Makhaev, l’un des meilleurs contremaîtres du paysage architectural dans la Russie du XVIIIe siècle. 

  

Reproduction de gravure datant du XVIIIe siècle « Vue sur le domaine de Kouskovo » © Château de Kouskovo

Un peu d’histoire 

Le domaine de Kouskovo appartient à la famille des comtes Chérémétiev depuis le XVIe siècle. Mais c’est à partir des années 1750 qu’il connaît son apogée. Ses propriétaires apprécient ce domaine situé à moins d’une journée de voyage de Saint-Pétersbourg, ancienne capitale de la Russie impériale. Le comte fait d’abord construire un pavillon hollandais puis agrandir l’étang par des canaux, tandis que le parc est aménagé à la française avec une grotte et un belvédère. Les comtes Chérémétiev ne reçoivent pas d’invités pour y passer des séjours mais en revanche y organisent de fastueuses réceptions et s’y adonnent à leur passion pour le théâtre. Le parc peut accueillir jusqu’à 25 000 personnes lors de grands spectacles nautiques. Catherine II, impératrice de Russie, y est reçue en 1775. 

Les descendants du comte délaissent peu à peu le domaine qui est lui-même endommagé en 1812 pendant la campagne de Russie de Napoléon. L’immense domaine est en partie loti après l’abolition du servage en 1861 et une grande part du mobilier est déménagée dans les autres demeures de la famille à Moscou et Saint-Pétersbourg. Le domaine est nationalisé après la révolution de 1917 et abrite un musée de la porcelaine. 

Le domaine de Kouskovo est ouvert au public. 

Le château 

Construit en 1777 et doté d’une façade dessinée par le français Charles de Wailly, le château-manoir de Kouskovo a la particularité d’être entièrement réalisé en bois recouvert de plâtre peint en rose et blanc imitant la pierre. Le fronton du portique classique central est orné du blason de la famille Chérémétiev. Conçues uniquement pour servir de cadre aux réceptions, les vingt-six pièces du château comprennent notamment une salle de bal blanc et or couverte de miroirs. 
  

© Château de Kouskovo

L’ermitage 

Bâti entre 1765 et 1767, l’ermitage était destiné au divertissement. Son architecture est caractérisée par l’association de plusieurs styles : le cadre strict du classicisme s’est imposé aux formes arrondies des façades de style rococo. Orné de bustes d’empereurs romains, il est surmonté d’une coupole surmontée d’une statue de la déesse Flora. 

  

Reproduction de gravure du XVIIIe siècle représentant l’Ermitage © Château de Kouskovo

La ménagerie 

En 1755 ont été construits cinq petits pavillons destinés à abriter des palmipèdes et distribués en hémicycle autour de la berge. La décoration de chacune des façades est sobre : les murs sont scandés par des piliers et les entrées sont ornées de frontons cintrés ornés de cartouches. La ménagerie actuelle a été reconstruite dans les années 1980 en respectant le style des pavillons anciens. 

L’orangerie 

La grande orangerie en pierre a été construite entre 1761 et 1763. Les galeries vitrées étaient destinées à la culture de plantes exotiques. La partie centrale était dotée d’une petite salle ronde pour jouer de la musique. 

Le domaine de Kouskovo comprend également une volière, une seconde orangerie, un pavillon « suisse », un pavillon « italien » construit en 1755 pour les réceptions plus intimes et qui contenait un cabinet de curiosité typique du XVIII° siècle.

  

L’Orangerie du domaine de Kouskovo © Château de Kouskovo

Informations pratiques :

Le parc & l’orangerie (accès libre et gratuit) 
Ouvert tous les jours sauf le mardi 
de 10h à 18h30 en continu 

Renseignements au 01 64 62 74 42

La totalité du château et de l’orangerie est accessible aux personnes à mobilité réduite.